Linux

Red Hat rêve de standardiser Linux pour les serveurs ARM 64-bits


L’éditeur spécialisé dans les solutions Open Source espère bien éviter à Linux pour ARM le cauchemar de la fragmentation des OS Unix qui était arrivé à AT&T il y a quelques années.

Red Hat a développé une distribution Linux qui peut être utilisée pour tester des composants et du matériel associé, basés sur l’architecture 64-bits  ARMv8-A pour serveurs avec l’objectif de parvenir à proposer au marché un produit standardisé.

Basé sur RHEL, cette distribution Linux ARM fait partie du programme partenaire que Red Hat a lancé mercredi à destination des vendeurs de matériels ARM. « Nous ne l’appelons pas RHEL mais c’est un OS fonctionnel pas encore supporté pour nos partenaires qui pourront l’utiliser pour développeur leurs activités », a indiqué Mark Coggin, directeur marketing produit senior chez Red Hat. L’éditeur de Raleigh a conçu ce programme pour permettre aux fabricants de matériels de s’appuyer sur une implémentation standard de la spécification ARMv8-A. Le britannique ne fabrique pas ses propres processeurs, préférant à la place licencier le design de ses architectures aux fabricants.

Une implémentation standard de Linux pour ARM signifierait que les clients peuvent acheter des serveurs ARMv8-A auprès de n’importe quel fabricant, en sachant que leur Linux ARM 64-bits et les logiciels associés pourront fonctionner sans problème par ceux qui ont créé le composant, a également indiqué Mark Coggin. Red Hat voudrait que Linux ARM évite le destin de l’OS Unix d’AT&T, qui était fragmenté dans un grand nombre de versions différentes et incompatibles.

Red Hat espère séduire les vendeurs de matériels

Une part du travail de standardisation d’ARM pour serveurs a été réalisée avec les apports du consortium industriel SBSA (Server Base System Architecture) lancé en début d’année, mais aussi du travail continue du Linaro Enterprise Group. La distribution, pour le moment sans nom, ARM Linux de Red Hat utilise les spécifications en provenance de ces deux groupes.

Red Hat espère influencer non seulement les sociétés qui fabriquent des composants, mais également les vendeurs de matériels, les OEM (Original Equipement Manufacturers) et les ODM (Original Design Manufacturers). Jusqu’à présent, les fabricants comme AMD, American Megatrends, AppliedMicro, Broadcom, Cavium, Dell et HP ont tous apporté leur soutien à Red Hat en supportant ses efforts de standardisation.

« Nous essayons de comprendre les dépendances de la plateforme du point de vue des exigences de la technologie », a déclaré Mark Coggin.  « Nous ne savons pas si cela deviendra un produit ou quand, mais nous nous positionnons de façon à ce qu’à un moment donnée, nous pourrions entrer sur le marché. »

La révolution ARM pour datacenters se prépare

Dans les années passées, le projet Red Hat Fedora avait proposé une distribution ARM, mais cette fois l’usage est orienté pour les serveurs ARM 64-bits. Bien que les processeurs ARM soient utilisés dans la plupart des terminaux mobiles, le mouvement qui a poussé l’industrie à les utiliser dans des serveurs pour datacenters est récent, poussé par leur conception basse consommation qui permet de réduire les coûts.

Seule une poignée de processeurs ARMv8-A et de matériels associés sont actuellement disponibles, principalement en tant que preview pour les développeurs ou les systèmes propriétaires. Les processeurs AMD Opteron A1100 sous architecture ARM, spécifiquement conçus pour les serveurs, ont été lancés mercredi à destination des développeurs. AMD propose également les ARM Cortex-A57 ARMv8 qui ont été conçus pour les architectures SOC. AplliedMicro propose par ailleurs des serveurs ARM prêts pour la production, sous la marque X-Gene tandis que HP a déjà lancé sa ligne de serveurs Mooshot, capable d’accueillir des puces x86 et ARM.

 

source: lemondeinformatique