A La Une, Internet

Tunisie : la BM se plaint des prix élevés et des services limités du Haut débit


internet-speed-cost[1]" src="http://www.geekios.net/wp-content/uploads/2013/06/internet-speed-cost1-300x168.jpg" alt="" width="300" height="168" srcset="http://www.geekios.net/wp-content/uploads/2013/06/internet-speed-cost1-300x168.jpg 300w, http://www.geekios.net/wp-content/uploads/2013/06/internet-speed-cost1-150x84.jpg 150w, http://www.geekios.net/wp-content/uploads/2013/06/internet-speed-cost1.jpg 640w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" />

Les services Internet haut débit en Tunisie, pays figurant au nombre des leaders de la région MENA en matière de promotion des TIC, coûtent cher au consommateur tunisien et demeurent assez limités, a estimé Carlo Mario Rossotto, expert de la Banque mondiale (BM). 
Des pays de l’Europe de l’Est tels que La Lituanie et la Roumanie, qui étaient pourtant au même niveau de développement, en matière d’infrastructures des Tic que la Tunisie, au début des années 90, offrent actuellement des services Internet de haute qualité et à faible coût comparés à ceux de la Tunisie, a-t-il ajouté, lors d’une table ronde organisée hier à Tunis, par la BM sur «les réformes du secteur des TIC en Tunisie».

L’expert a expliqué cette évolution par la libéralisation « agressive » des services et la politique d’ouverture à la concurrence entreprise par ces pays, vers la fin des années 90, « chose que la Tunisie n’a pas accomplie», a-t-il dit.

La Tunisie compte actuellement 3 opérateurs de téléphonie fixe et mobile. Il a indiqué, dans ce cadre, que le développement du haut débit constitue l’un des moteurs de croissance économique pour un pays, arguant que 10% de croissance de la pénétration de la large bande se traduit par une hausse de 1,38% du PIB. 

Carlo Mario Rossotto a constaté également que les pauvres en Tunisie n’ont pas les moyens financiers d’accéder aux services Internet, relevant qu’ils doivent dépenser, en moyenne, 44% de leurs revenus pour accéder aux services Internet mobile et 41,09% aux services du Fixe. Ces taux sont de l’ordre de 32,11% (mobile) et 29,03% (fixe) pour le Maroc et 12,55%(mobile) et 24,25%( fixe) pour la Jordanie. 

L’expert a recommandé, dans ce cadre, de mener des réformes à même de libéraliser le secteur des TIC et d’optimiser l’exploitation des infrastructures alternatives (réseaux de fibre optique) disponibles auprès de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz(STEG) et la Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT). 

Tout en reconnaissant que la Tunisie a avancé, en matière de développement des TIC, Claude de Jacquelot, expert en politique d’infrastructure, a pour sa part, suggéré d’étendre la couverture de la large bande à toute la Tunisie, voire de lancer le très haut débit en Tunisie. Il a indiqué, à ce propos, que le gouvernement tunisien vient de lancer une étude sur la politique de l’ultra large bande, avec l’aide technique et financière de la BM et la Banque islamique de développement(BID).